09 88 90 39 70
Profitez de nos offres partenaires
Accueil » Rénovation énergétique » Isolation thermique » Les avantages de l’isolation d’un garage

Les avantages de l’isolation d’un garage

Article mis à jour le 27 septembre 2022

L’isolation du garage n’est pas toujours la priorité lors de la construction ou pendant des travaux de rénovation. Pourtant, elle offre des bénéfices considérables. En effet, un garage bien isolé permet non seulement de créer des conditions de vie confortables dans une habitation, mais aussi de réduire la consommation.

Pourquoi isoler un garage ?

L’isolation du garage offre plusieurs avantages :

  • éviter les pertes de chaleur, car les déperditions thermiques seront maîtrisées ;
  • avoir moins de courants d’air ;
  • réaliser des économies d’énergie et réduire les factures d’électricité ou de gaz ;
  • avoir moins de problèmes d’humidité, puisque l’isolation protège aussi le garage contre les problèmes d’humidité ;
  • diminuer l’usage du chauffage et des émissions de CO2.

Par ailleurs, plusieurs facteurs doivent être pris en compte pour savoir s’il est nécessaire ou non d’isoler un garage :

  • fonction du garage : tout dépend de la façon dont vous faites usage du garage. L’isolation en vaut la peine si ce dernier est utilisé comme buanderie, atelier de bricolage ou que l’installation de chauffage s’y trouve. En revanche, si le garage ne sert qu’à y stationner la voiture ou comme espace de rangement, et que vous n’y passez pas beaucoup de temps, il n’est pas vraiment utile de l’isoler ;
  • emplacement du garage : si le garage est attaché à la maison, il y a un ou plusieurs murs en commun avec l’habitation. Les pièces qui l’avoisinent auront ainsi tendance à refroidir plus vite, à cause des déperditions de chaleur. Cela est valable pour les garages situés en mitoyenneté ou en sous-sol.

Si le garage est un garage individuel, c’est-à-dire non relié à la maison, il n’est pas nécessaire de l’isoler, à moins que vous envisagiez d’y passer du temps. De même, l’isolation devient indispensable dès lors qu’y sont intallés certains équipements, tels que la machine à laver et/ou le sèche-linge, une chaudière à gaz ou un ballon d’eau, les machines relatives au fonctionnement d’une piscine, ou tout autre matériel craignant le gel et le froid.

Quelles sont les parties du garage à isoler ?

L’isolation d’un garage se fait en général par les murs, le plafond, la toiture ou la porte. Il faut isoler en priorité les murs et la porte mais, si le garage est situé en sous-sol ou s’il dispose d’un étage qui est habité, alors les plafonds sont tout aussi prioritaires.

Le choix de la méthode à employer dépendra surtout du type de garage et du niveau de confort thermique ou acoustique recherché.

Les matériaux isolants peuvent être aussi :

  • collés ;
  • placés sur une ossature métallique ;
  • posés sur des tasseaux en bois.

Lorsque l’isolant est installé, il faut ensuite le recouvrir afin de le protéger. Les plaques de plâtre, qui peuvent être choisies ignifugées ou encore hydrofuges, sont le plus souvent utilisées pour cela.

Quels sont les isolants recommandés ?

Le choix de l’isolant s’établit en fonction de plusieurs facteurs notamment des besoins du particulier, de la configuration du logement, de la région, ou encore de la paroi à isoler.

Les isolants peuvent être classés en trois grandes familles :

  • les isolants traditionnels qui regroupent les isolants minéraux et les isolants synthétiques (plastiques alvéolaires) ;
  • les isolants biosourcés qui sont des matériaux fabriqués à partir de la biomasse végétale ou animale ;
  • les isolants de nouvelle génération qui sont conçus de façon à répondre à un besoin spécifique d'isolation et pour offrir de meilleures performances que les isolants classiques.

Voici un comparatif non exhaustif des principaux isolants actuellement présents sur le marché :

 Types d'isolant et composantsCaractéristiques / Atouts
La laine de verre- Isolant minéral
- Sable et verre recyclé
- l’isolant le plus utilisé en rénovation et en construction ;
- bonne performance thermique et acoustique ;
- facilité de pose ;
- résistance au feu ;
- imputrescibilité malgré une sensibilité à l’humidité ;
- longue durée de vie ;
- coût abordable ;
- compatibilité avec tous les types de travaux d’isolation (à l’intérieur comme à l'extérieur).
La laine de roche- Isolant minéral
- Basalte
- performance maintenue au contact de l’eau ;
- grande résistance aux déformations ;
- ininflammabilité ;
- imputrescibilité ;
- destinée à l’isolation thermique de la toiture et des planchers.
La laine de chanvre- Isolant biosourcé
- Composée suivant sa fabrication de 40 à 80 % de fibres de chanvre
- particulièrement recommandée dans une démarche de protection environnementale (le chanvre stocke du CO2 durant sa croissance et est biodégradable) ;
- bonne performance thermique ;
- résistance à l’humidité et aux nuisibles ;
- santé : aucun gaz toxique émis lors de son utilisation ;
- convient pour l’isolation des combles, toitures et murs.
La fibre de bois- Isolant biosourcé
- Élaborée à base d'au moins 80 % de masse de fibres de bois 
-  isolant naturel et durable par excellence;
- caractère écologique et recyclable ;
- garantie de la qualité de l’air intérieur ;
- excellentes performances thermiques ;
- qualités d’insonorisation ;
- résistance à l’humidité ;
- bon rapport qualité/prix ;
- convient pour l’isolation thermique et acoustique des murs et des toitures.
La ouate de cellulose- Isolant biosourcé
- Fabriquée à partir de journaux recyclés
- l’un des matériaux biosourcés les plus utilisés après le bois ;
- l’assurance d’un grand confort thermique hiver comme été ;
- résistance au feu, aux insectes et aux moisissures grâce à l’ajout d’adjuvants ;
- convient pour l’isolation des toitures, combles perdus (dont les planchers), murs, plafonds et cloisons.

Il existe aussi des isolants à éviter, note l’UFC-Que Choisir :

  • les isolants en polystyrène et en polyuréthane en usage intérieur : ils dégagent des fumées toxiques qui tuent très vite en cas d’incendie. Ils présentent aussi de mauvaises performances en termes d’isolation acoustique ;
  • la laine de mouton brute : elle est très sensible aux mites et dégage une forte odeur ;
  • les isolants minces : leur résistance thermique est insuffisante et ils n’ouvrent pas droit au crédit d’impôt.

Comment procéder à l’isolation du garage ?

Les différents composants du garage possèdent leurs spécificités et doivent donc subir un traitement différencié.

Isolation des murs

L’isolation du garage doit être initiée par les murs afin de limiter les déperditions énergétiques

Il n’est pas nécessaire d’isoler l’intégralité des murs. La seule isolation des murs mitoyens à l’habitation suffit, pour peu que les ponts thermiques soient éliminés, que le garage ne soit pas chauffé, et que les surfaces mitoyennes avec le logement soient isolées. L’isolation des murs du garage inclut aussi l’isolation de la porte se trouvant entre le garage et l’habitation, qui peut nécessiter son remplacement par une porte isolante ; de même, il conviendra de vérifier qu’aucune déperdition ne survient entre la menuiserie et la maçonnerie, et de prévoir un colmatage le cas échéant.

L’isolation des murs peut se faire par l’intérieur ou par l’extérieur, avec un résultat équivalent en termes de confort thermique. La technique d’isolation à privilégier dépendra plutôt des conditions en place dans le garage. Ainsi, l’isolation par l’intérieur (soit à l’aide d’un isolant collé directement sur la maçonnerie, ou à l’aide d’une structure métallique ou des tasseaux de bois) se fera sur des murs sains, exempts d’humidité. Une isolation par l’extérieur, avec des matériaux fixés sur la surface extérieure, doit être pensée dans la perspective d’un renouvellement de façade, les travaux étant plus lourds.

Isolation des portes

La dimension de la porte principale du garage induit des déperditions thermiques. C’est pourquoi il faut procéder à son isolation, ou choisir un modèle de porte isolée.

Le réajustement des ouvrants limitera les entrées d’air ; il peut également être judicieux de colmater les joints entre la menuiserie et la maçonnerie. L’isolation de la porte doit être compatible avec son fonctionnement et ne doit pas empêcher son mouvement. Il faut donc préférer une isolation mince, recouvrant les pans intérieurs de la porte, avec des matériaux comme les feuilles de mousse en polyuréthane ou en polystyrène, ou encore les plaques de laine de bois.

Isolation du plafond

Si le garage est construit en sous-sol, une isolation des planchers bas peut se faire à l’aide de panneaux ou de rouleaux d’isolants à fixer au plafond. La solution la plus économique et la plus simple consiste à coller sur la sous-face du plancher des dalles de polystyrène. Une solution plus élaborée, mais plus performante, est de suspendre un faux plafond en plaques de plâtre et d’insérer dans l’interstice un isolant thermique minéral ou végétal.

Dans le cas contraire, l’isolation du plafond peut se faire par l’extérieur en rénovant la couverture et les combles : il faudra alors remplacer la toiture en tuile ou isoler les combles par soufflage, pour une meilleure isolation thermique et phonique.

Comme pour tous les travaux d’isolation, l’isolation du garage doit être pensée dans un ensemble. Il est souvent contre-productif d’isoler un composant du garage sans penser aux autres, car il faut limiter les ponts thermiques. De même, il convient d’évaluer le maillage du garage avec le reste de l’habitation. Par exemple, si des canalisations d’eau ou de chauffage le traversent, il faudra les protéger du froid, du gel et des fortes chaleurs.

Sommaire


    09 88 90 39 70
    Profitez de nos offres partenaires
    RAPIDE

    Nos conseillers sont disponibles immédiatement

    SIMPLE

    Nous vous accompagnons dans vos démarches : souscription, résiliation

    GRATUIT

    Notre service est entièrement gratuit

    Retour haut de page